Le patrimoine des Phares et Balises

Une grande cause nationale à l’avenir encore loin d’être assuré

Le patrimoine des phares et balises c’est une grande diversité de moyens et d’histoires humaines apportés au service d’une même mission : apporter la sécurité aux navigateurs. Phares, tourelles, bouées, bateaux-feu, baliseurs, maisons de gardiens, matériels et moyens humains déployés depuis des siècles constituent ce patrimoine au fil du temps. En apprécier l’étendue pour mieux le connaître c’est lui apporter la considération que cette longue et riche histoire mérite. Mais l’avenir de ce patrimoine, après de belles mais déjà anciennes avancées en sa faveur, marque une pose inquiétante depuis quelques années. Loin d’être assuré dans sa globalité par l’absence persistante d’une vision coordinatrice, tout laisse présager un démantèlement des potentialités que ce patrimoine recèle . Il reste donc du grain à moudre. Alors, pourquoi ne pas nous rejoindre pour apporter votre pierre ?

Diversité du patrimoine des phares et balises

  • Phares, maisons-feu, tourelles.
  • Bateaux-feu, bouées-phares, bouées.
  • Baliseurs, navires de service divers (vedettes, etc.)
  • Maisons et cités de gardiens.
  • Locaux techniques : parcs de centres de balisage et autres locaux.
  • Appareillages divers : optiques, lampes, signaux de brume, machines et appareils divers.
  • Mobilier de phare ou d’habitation de gardien, mobilier technique et décoratif.
  • Outillages divers pour le balisage et son entretien, pour réparations.
  • Archives : plans, journaux de phares, notes de service, inventaires, documentations, photographies, etc.
  • Objets divers : maquettes, objets de la vie quotidienne des gardiens, objets réalisés par les gardiens, etc.
  • Bien sûr tout le patrimoine immatériel : mémoire des personnels du service des phares, de leurs descendants, livres et médias divers autour de témoignages, etc.

Un patrimoine fonctionnel et historique

C’est la grande spécificité de ce patrimoine. Il est à la fois en service et en même temps complètement passé dans l’histoire, ou partiellement ou en devenir. C’est aussi le nœud gordien de sa préservation. D’un côté les nécessités du service de balisage, la modernisation dont il a toujours été l’objet, de l’autre la préservation de ce qu’il fût ou de la richesse historique qu’il représente.

Nous militons depuis toujours pour une gestion coordonnée de ce patrimoine, indépendante de la gestion opérationnelle du balisage

Le Grenelle de la Mer reconnu la nécessité de distinguer la gestion patrimoniale de la fonction de balisage. Cependant, entre la recherche de l’efficacité, de la fiabilité et des coûts du balisage en service et les exigences patrimoniales, la voie est souvent étroite et ne peut être résolue que de façon paritaire entre les acteurs du patrimoine et ceux du balisage. En l’absence de toute structure indépendante en charge des intérêts de ce patrimoine dans une concertation avec l’administration du balisage, l’avenir du patrimoine est beaucoup plus loin d’être assuré que son démantèlement progressif.

Qu’attend-t-on ?

Les rivages, certes variés, constituent par destination un ensemble appelé patrimoine naturel littoral. De même, le patrimoine des phares et balises, lui aussi très varié, constitue par destination un ensemble spécifique bien identifié du patrimoine maritime et présent sur l’ensemble des côtes de France.

Les littoraux sont gérés par une entité nationale dédiée dont les résultats démontrent au fil des ans son incontestable utilité pour assurer leur authenticité naturelle dans la longévité.

Le patrimoine des phares et balises, hors de toute gestion coordonnée sans plan d’ensemble, soumis à un millefeuille administratif en interférence avec des intérêts privés risque la désagrégation. Alors qu’attend-t-on pour lui assurer un avenir pérenne ?

Patrimoine et pavillon de la SNPB

Hormis Paris, qui fut capitale des phares au XIX e, le patrimoine se répartit en quatre zones qui se retrouvent dans les quatre rais rouges du pavillon.

Les quatre rais rouges du pavillon de la SNPB symbolisent chacun le riche patrimoine des phares et balises des quatre zones maritimes.
Manche - Mer du Nord
Méditerranée
Outremer
Slider

Carte du patrimoine

Parcourez le patrimoine des phares et balises de France et du monde sur notre carte qui se complète au fur et à mesure des contributions.

Vous pouvez apporter votre aide librement en devenant un Veilleur du Patrimoine et contribuer suivi de son actualité.

De quelques phares particuliers

STIFF
Le phare du Stiff est le plus ancien phare de l'ile d'Ouessant, découvrez son histoire.
Kéréon
Ce phare palace, agrémenté d'un parquet en chêne orné d'une rose des vents marquetée en acajou et ébène s'élève fièrement dans le Fromveur entre Ouessant et Molène.
Tévennec
Tévennec, unique maison-phare en mer de France que les légendes disent hantés est un phare atypique du Raz de Sein.
Jument
Ce phare de la mer d'Iroise érigé entre 1904 et 1911 grâce au legs de Charles-Eugène Potron
Ile vierge
Le plus haut phare du monde et ses 365 marches, éclaire depuis 1902 les côtes du Finistère nord.
La Vieille
Phare situé entre la pointe du Raz et l'ile de Sein, sécurise le passage du Raz de Sein
previous arrow
next arrow
Slider
Selon l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d'Alembert, le phare est une
Tour construite à l’entrée des ports ou aux environs, laquelle par le moyen des feux qu’on y tient allumés, servent sur mer à guider pendant la nuit ceux qui approchent des côtes.
Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers
La Base Mérimée du Ministère de la Culture, quant à elle indique :
Une tour construite sur un point de la côte, à l’extrémité d’une jetée, sur une île, et portant une lanterne servant à guider les navires
Base Mérimée du Ministère de la Culture
Slider